Le pourquoi de ma candidature aux élections législatives de juin 2017

J’ai décidé de soumettre aux militants socialistes de la 6e circonscription de Seine-et-Marne ma candidature aux élections législatives, la presse s’en était d’ailleurs fait l’écho la semaine dernière. Pour mémoire, au Parti Socialiste, pour l’immense majorité des circonscriptions électorales un processus de primaire interne décide des candidats à ces élections. Ma démarche et mes orientations sauront, je l’espère, convaincre les militants puis les seine-et-marnais de m’accorder leur confiance.

Le ras-le-bol citoyen à l’égard d’un grand nombre de nos dirigeants politiques, pourrait légitimement soulever la question de ma démarche. Les raisons en sont simples : mon territoire et mes valeurs.

Depuis 2014, j’ai l’honneur de diriger l’opposition socialiste et républicaine dans ma ville de Meaux.

Depuis plus de 2 ans, malgré des moyens extrêmement limités et une censure constante nous avons avancé sur de nombreux dossiers concrets à la demande des meldoises et des meldois. Nous avons obtenu :

- Réfection de la tuyauterie de l’école Alembert contaminée par la légionnelle, malgré l’obstruction et l’immobilisme de la droite meldoise.

- Travaux effectués hors temps scolaire de l’extension de l’école Tronchon pour éviter un nouvel évènement aux conséquences potentiellement dramatiques tel que l’effondrement du plafond.

- Création d’un observatoire des rythmes scolaires, qui n’a malheureusement pas été pérennisé.

Nous poursuivons notre engagement pour la réhabilitation de l’ancienne prison, pour un urbanisme maîtrisé, pour des services publics préservés, et pour l’implantation d’entreprises dans les quartiers Dunant et Beauval, car si la rénovation urbaine est essentielle, il ne pourra y avoir d’amélioration durable de la situation sociale sans une politique d’emploi massive et sans une sécurité assurée à chaque instant.

Aujourd’hui, je souhaite pouvoir aller plus loin. Le mandat de député offre cette opportunité. De nombreuses problématiques de la circonscription demandent un engagement au niveau national,   M. Copé, tout occupé à poursuivre ses chimères présidentielles, n’a pas suffisamment investi cette dimension de son mandat.

 Je détaillerai mon programme en temps voulu, après avoir pris le temps de consulter les acteurs et les citoyens de la circonscription.

Je souhaite cependant d’ores et déjà mettre l’accent sur une de mes grandes priorités, les transports, point noir du député sortant, et en particulier le ferroviaire. Nous ne pouvons pas nous contenter d’un vague engagement de l’électrification de la ligne P au-delà Trilport et vers la Ferté-Milion à l’horizon 2030 alors que les conditions de transport, déjà déplorables, se dégradent de jour en jour. Cette situation ne peut perdurer encore 14 ans. De nombreux axes routiers sont aussi en souffrance, et nous ferons très prochainement des propositions à ce sujet.

Le grand retour en arrière prévu par les partis de droite, promet une casse sans précédent des services publics dont notre territoire, du Pays de Meaux au Pays de l’Ourcq, sans oublier les Monts de la Goële (qui vont bientôt intégrer le Pays de Meaux), manque déjà si cruellement. Nous, citoyens progressistes et attachés à la défense de l’égalité républicaine devons nous engager. Il y a de grandes causes qui fondent mon engagement d’homme de gauche, telle que l’égalité réelle, celle qui doit permettre à chaque personne, quel que soit son lieu ou sa condition de naissance, d’avoir toutes les chances de se réaliser. Mais cet engagement doit être celui d’une gauche du quotidien, pragmatique et solide sur ses valeurs : cette égalité n’est possible que si les services publics sont assurés. Le transport, condition essentielle de l’accès à l’emploi ou aux études, est un de ces services essentiels. Il n’est pas le seul.

Ne nous leurrons pas, le combat sera difficile. Si en cinq ans cela n’a pas été parfait, aucun mandat ne l’est, je suis fier de défendre une majorité qui

- a permis l’embauche de près de 10 000 personnes dans le département grâce au dispositif Embauche PME et au CICE,

- a mis en place la retraite à 60 ans pour les carrières longues ainsi que le compte pénibilité,

- a créé la garantie contre les pensions alimentaires impayées,

- a créé un droit à l’oubli afin que les personnes frappées par le cancer puissent, après un délai, contracter un emprunt,

- a créé des postes de policiers et de militaires, alors que la droite qui se prétendait sécuritaire en a supprimés par milliers,

Et je suis fier de l’engagement de la gauche pour l’école redevenue enfin le premier budget de la Nation.

Je souhaite poursuivre à l’Assemblée Nationale l’engagement qui est le mien, pour une gauche renouvelée, moderne, jeune, pragmatique, sociale et républicaine.

Et sur ces valeurs, je vous propose ma candidature et sollicite votre confiance.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *