Lettre ouverte – Jean-François Copé renonce à se présenter aux législatives

J’ai, comme beaucoup d’acteurs politiques locaux, lu avec intérêt la déclaration de renoncement à se présenter aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 de M.Copé. La loi sur le non-cumul des mandats du 14 février 2014 produit donc ses premiers effets, et c’est heureux.

Néanmoins, ce renoncement n’est que de façade. En effet, sa volonté de travailler « en tandem » montre que le changement annoncé ne consistera qu’en la mise en place d’un élu fantoche.

Cela nous prouve que la volonté de changement et de renouvellement des Français n’est pas entendue par une droite filloniste meldoise qui ne souhaite servir que les intérêts de son clan. M. Parigi et M. Copé cumulent par ailleurs plus de 100 ans de mandats à eux deux. S’ils parvenaient à gagner, ce qui n’est pas l’hypothèse la plus probable, la politique menée serait la même, celle qui a eu ces derniers temps le bruit constant des affaires comme seul résultat.  

Les habitants du Nord-Seine-et-Marne ne supportent plus ces pratiques, comme en témoigne la forte montée des votes extrêmes sur notre territoire. Ceux-ci ne sont en rien une solution, bien au contraire, mais ils témoignent d’un désarroi. Il faut le combattre en changeant et en moralisant la vie publique. C’est ce que propose Emmanuel Macron, derrière qui je me suis engagé.

Contre ce troc des mandats et ces calculs de boutiquiers visant à conserver les privilèges de quelques élus, il propose de limiter dans le temps le nombre de mandats à trois successifs. Il souhaite également interdire l’embauche d’un membre de sa famille pour les élus, l’exercice de fonctions en parallèle de son mandat, réduire d’un tiers le nombre de députés et de sénateurs, ou encore empêcher à tout élu condamné à une peine d’inéligibilité ou ayant un casier judiciaire de se représenter.

Pour lutter contre ces pratiques, pour moraliser la vie publique et pour enfin avoir des élus qui, à plein temps, s’occupent de vous en remplissant les fonctions pour lesquelles vous les avez élu, le 23 avril, votez Emmanuel Macron.

 

Bastien Marguerite, conseiller municipal de Meaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *